Le Mont Blanc, le « toit de l’Europe »

Dans cet article, nous allons tout vous dire sur le Mont Blanc. Qui n’a jamais eu l’envie d’admirer cette magnifique montagne ? Petit randonneur, préparez-vous à faire une ascension sur le plus haut sommet de l’Europe occidentale. Je vous le garantis, vous n’allez pas être déçu. 

1/ Qu’est-ce que le Mont Blanc ?

Le Mont Blanc culmine la chaîne des Alpes avec une altitude de 4 809 mètres. Le Mont Blanc servait autrefois de frontières entre les deux pays en conflit. 

Il a permis de rendre célèbre la petite station : Chamonix. Depuis cette vallée, nous pouvons admirer ce sommet, qui était craint autrefois par les Chamoniards. 

2/ Sa situation géographique

Le Mont Blanc se trouve entre le département de la Haute-Savoie (France) et la vallée d’Aoste (Italie). Parcourant Chamonix, jusqu’à Courmayeur. Ce point culminant la chaîne des Alpes, se voit aussi appeler « toit de l’Europe ». 

Mont Blanc et ses sommets

Le mont Blanc domine : 

3/ L’origine du nom

Il est très difficile de dire exactement de quand date la première appellation du Mont Blanc. Néanmoins l’astronome Nicolas Fatio et Jean-Chritophe ont fait allusion au Mont Blanc en 1685, en calculant son altitude. Cependant, le mot employé pour désigner cette montagne fut « Le Mont Maudit ». Depuis le début du Moyen Âge, cette montagne est considérée comme maudite, à cause de ses neiges éternelles, et de ses glaciers destructeurs des villages Bonnenay et Châtelard. Tout au long du 17ème siècle, des prêtres viendront exorciser ces « monts affreux ». 

En 1741, William Windhaum et Robert Pocoke partent à la découverte des montagnes maudites qui ont su susciter leurs curiosités. Ils décrivent dans leur récit, leur impressionnante péripétie, faisant allusion au Montenvers, à des glaciers et à un lac gelé. Mais aucun sous-entendu sur le Mont Blanc. 

En 1742, l’ingénieur Pierre Guillaume fut intrigué par la découverte de ces deux anglais, et décide de mener une excursion. Ce fut à ce moment précis que l’appellation Mont Blanc a vu le jour. Après diverses études et analyses, il se rend compte que la pointe du sommet, est le point culminant les Alpes. De même, il est constamment blanc grâce aux neiges éternelles, été comme hiver. D’où l’appellation le Mont Blanc . 

Ceci est le 1er document faisant apparaitre le Mont Blanc et la station de Chamonix, fait par Pierre Martel en août 1742 (date de la découverte de l’existence du Mont Blanc).

L’une des montagnes du massif porte le nom du Mont Maudit, en hommage au Mont Blanc. 

4/ Le climat

Dans le milieu montagneux, les conditions climatiques changent très vite. Au sommet du Mont Blanc, le vent peut aller à une vitesse jusqu’à 160 km/h, avec une température de -43°C. L’une des principales cause d’échec dans l’ascension du « toit de l’Europe » est dûe aux conditions météorologiques. La température relevée la plus haute est de 9°C, provoquant un dégel. Le Mont Blanc ne connaît pas de précipitation de pluie, ou très peu. Ici il s’agit d’averses de neige. À partir de 3700 m d’altitude, l’eau se transforme en neige. 

5/ La première ascension

Le 8 août 1786, deux hommes ont entrepris l’expédition du « toit de l’Europe ». Il s’agissait de Jacques Balmat, réputé pour être un chasseur, ainsi que le docteur Michel Gabriel Paccard. Le 7 août les deux hommes partirent discrètement de Chamonix afin de faire cette expédition. Ils bivouaquèrent le soir du 7 août, avant de se lancer le 8 août aux premières lueurs du soleil, à la conquête du Mont-Blanc. Ils empruntèrent un itinéraire extrêmement dangereux, sans cordes, ni crampons… cet itinéraire fût interdit en 1820. Le docteur fut rendu aveugle par la réverbération de la neige, et il dut faire la descente aveugle, guidé par Jacques Balmat. 

Pour rendre hommage à ces deux hommes, une statue trône sur la place de Chamonix, en pointant le sommet du Mont-Blanc. 

Aujourd’hui, il s’agit de 26 000 personnes qui tentent de faire cette expédition entre juin et septembre. 

6/ Le premier accident mortel

Ce fut en 1820, lors de la dixième ascension, un groupe constitué de 13 guides, le colonel Anglais Anderson et le docteur Hamel partir à la conquête du Mont-Blanc. C’est au bout de la deuxième nuit, que les guides voulaient rebrousser chemin en vue des conditions météorologiques qui devenaient de plus en plus défavorables. Finalement, l’expédition continua sur la demande des clients, les guides n’osèrent pas leur refuser. Comme ils avancèrent les uns derrière les autres, leur sillon coupa la plaque à vent, ce qui déclencha une avalanche. Les trois guides de têtes sont aspirés dans une crevasse de deux cents mètres de fond, puis ensevelis. Leurs corps sont découverts en 1861, très bien conservés au bas du glacier des Bossons. 

Entre 1990 et 2011, c’est 291 personnes secourues entre le refuge de Tête Rousse (3187 mètres) et le refuge du Goûter (3830 mètres), dont 74 personnes décédées et 180 gravement blessés. (Etude-Accidento-Gouter1990-2017FR-web).

7/ Faire l’ascension du toit de l’Europe

Chaque année, c’est plus de 400 alpinistes par jour qui font l’ascension du toit de l’Europe.

La meilleure période pour faire l’ascension du Mont Blanc est mi-juin à début septembre (ensoleillement et conditions idéales).

La montée peut s’effectuer via différentes voies. Chacune d’entre elles est spécifique selon le profil des alpinistes. C’est pour cela qu’il est très important d’analyser et de considérer la difficulté de chacune d’entre elles. 

Qu’elle voie pour gravir le Mont Blanc ?

Mont-Blanc-schema-voies

La voie normale est représentée en vert (schéma ci-dessous) passant par le refuge Tête Rousse et du Goûter. Cette voie est la plus empruntée car elle est considérée comme la plus facile, la moins risquée et la moins technique. Généralement si vous faites une excursion avec un guide, il vous conseillera celle-ci sauf si vous avez un niveau plus avancé. 

La voie des 3 Monts (représentée en jaune sur le schéma ci-dessus) est la plus longue et la plus technique. Cette voie est réservée aux alpinistes ayant un profil confirmé. Bon nombre d’accidents se sont passés au Mont Maudit car la face a un dénivelé de 700 mètres. 

La voie italienne (représentée en rouge sur le schéma ci-dessus) est aussi considérée comme une voie pour les alpinistes ayant un profil intermédiaire voire confirmé. 

Le matériel a utiliser

Pour réaliser cette ascension, il est impératif d’avoir des vêtements adaptés aux conditions et aux températures que vous allez rencontrer. Nous vous conseillons la technique des 3 couches pour rester au chaud : référez vous à notre article pour en savoir plus : https://montagnetrekking.fr/le-systeme-des-3-couches-larme-infaillible-a-toute-situation-meteorologique

Voici une liste du matériel principal pour faire cette ascension depuis n’importe quelle voie :

  • Pantalon d’alpinisme et collant
  • Chaussure d’alpinisme (referez vous a cet article : « Comment choisir ses chaussures de randonnée ?« )
  • Chaussettes chaudes
  • Système des 3 couches : T-shirt à manches longues, Polaire, Doudoune, Veste Gore-Tex
  • Bonnet, gants et tour de cou
  • Sac de rando (40 litres)
  • Des crampons et piolet
  • Un baudrier
  • Matériel de sauvetage (couverture de survie, materiel en crevasse)
  • Une corde d’alpinisme
  • Des lunettes de soleil (type 4) et un masque de ski
  • La crème solaire haute protection

J’espère que vous avez apprécié cet article, dorénavant le Mont-Blanc n’a plus de secret pour vous. 

N’hésitez pas à nous faire partager vos expériences, et des recommandations pour la création de nos futurs articles. 

Sur ce, enfilez vos crampons et partez à la découverte de cette montagne qui a pu fasciner bon nombre de savants et d’aventuriers. 

Information d’après le site Wikipédia et Chamonix

Autres randonnées a faire sur Chamonix

Randonnée au Glacier d’Argentière

DIFFICULTÉ : FACILE DURÉE : 03H00 DÉNIVELÉ : +338 M / -378 M

Randonnée de la Mer de Glace au Glacier d’Argentière

DIFFICULTÉ : MOYENNE DURÉE : 04H00 DÉNIVELÉ : +1079 M / -350 M

Randonnée du Refuge de Lognan vers le glacier d’Argentière

DIFFICULTÉ : DIFFICILE DURÉE : 05H45 DÉNIVELÉ : +1203 M / -1202 M

Randonnée le Lac Blanc et Lacs de Cheserys depuis La Flégère

DIFFICULTÉ : MOYENNE DURÉE : 04H00 DÉNIVELÉ : +614 M / -615 M

Du Brévent au Houches

DIFFICULTÉ : DIFFICILE DURÉE : 04H15 DÉNIVELÉ : + 466M / - 1489M

Derniers articles

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici