Le patou est-il dangereux pour les randonneurs ?

Cet article va être consacré à nos amis les bêtes : les patous. Pardon, les quoi? Et oui, le patou désigne une race de chiens spécifiques aux montagnes. Il s’agit des chiens de montagne des Pyrénées. Nous allons tout vous dire sur ce chien, passant par son histoire, son utilité, ainsi que ses caractéristiques. Ce chien est depuis plusieurs années au centre des débats. Il serait sujet de nombreuses attaques envers les randonneurs, mais représentent-ils vraiment une menace ?  Chers petits randonneurs, accordez-vous un moment de tendresse auprès de ces grandes boules de poils. 

patou

1/ L’histoire

Cette race de chiens a toujours servi de gardien. De par sa taille et sa corpulence, il sait dissuader tous types de prédateurs ou de voleurs. Au temps du Moyen Âge , les patous étaient utilisés pour assurer la protection des troupeaux (contre les loups, renards, ours…), ainsi que garder les châteaux grâce à leur caractère dissuasif et leur puissance. 

Néanmoins ces chiens disparurent petit à petit dans les campagnes, faute de la disparition progressive des prédateurs. 

En revanche, après le retour du loup mais aussi de l’ours dans les Pyrénées, le patou est de nouveau de plus en plus présent. 

Le chien de montagne des Pyrénées a été reconnu à titre définitif par la FCI (Fédération cynologique internationale) le 25 janvier 1955. 

Par ailleurs, ce chien connut un réel succès à la télévision, à travers le film Belle et Sebastien. 

chien des Pyrénées

2/ Le caractère

Le patou sait tout à fait mesurer sa force et sa constitution physique pour imposer le respect face à son adversaire. De nature affectueux, calme et indépendant, il sait se montrer très protecteur envers son maître s’il l’estime en danger. Le chien de montagne des Pyrénées a été utilisé depuis la nuit des temps comme gardien des troupeaux, il est donc par nature toujours méfiant envers les étrangers. En revanche, il est extrêmement doux avec les enfants. Le patou au sein d’une famille est tout à fait possible, néanmoins la vie citadine est à bannir. Il a besoin de grands espaces de verdure, adepte aux grandes balades, et surtout comme tout chien, une grande dose d’amour et de câlin. 

3/ Son éducation

De par sa taille très imposante et sa force physique, il est important de faire preuve d’autorité durant son éducation. Entre autres une main de fer dans un gant de velours. Ce chien a pour caractéristique d’être têtu, sans aucune once de méchanceté ou d’agressivité. Vous devez en tant que maître être ferme, mais en aucun cas agressif. Il est recommandé de le sociabiliser avec d’autres personnes, mais aussi avec plusieurs animaux dès son plus jeune âge. Cette démarche évitera tout comportement agressif envers un étranger.

patou bébé

4/ Ses particularités physiques

Ce chien de grande taille, au physique impressionnant et imposant, est de plus en plus demandé.

Son poil :très dense, long et plat. Le poil est bien fourni et souple. Au niveau du cou il peut légèrement onduler. Généralement la robe est blanche, il peut y apparaître certaines tâches grises au niveau de la tête et des oreilles.

Sa tête : le crâne est légèrement bombé avec une forme d’ogive à l’arrière, mais toujours en harmonie avec la taille du corps. Le museau est large, un petit peu plus court que le crâne. Les yeux sont assez petits en forme d’amende, avec une couleur brun ambré. Nous pouvons deviner un regard tendre, doux mais aussi intelligent. Les oreilles sont petites, de forme triangulaire et tombantes. La truffe est de couleur noire.

Les babines arrivent sur la mâchoire inférieure. Sa queue est très poilue et longue. Elle est portée basse au repos, et s’arrondit en phase d’éveil. 

Son corps : la taille varie entre les mâles et les femelles. Les mâles mesurent entre 70 et 80 cm au garrot, et les femelles de 65 à 75 cm. Ils possèdent une large et profonde poitrine. Le patou est très musclé, de plus il possède des ergots simples ou doubles.  

5/ La santé

Ce chien est très solide dû à son acclimatation aux rudesses montagnardes en hiver. Ce chien ne craint en aucun cas le froid, au contraire il supporte mal la chaleur due à son poil épais. Son seul gros problème est sa taille, qui peut engendrer des problèmes au niveau des hanches. 

6/ Les patous sont-ils un danger pour les randonneurs?

Malgré leur aspect de gros nounous, ils sont uniquement dressés pour dissuader les prédateurs. Il serait avéré qu’ils ne sont pas agressifs envers l’homme, et qu’ils n’attaqueraient pas, seulement s’ils estiment que leurs troupeaux sont en danger. Mais alors pourquoi et en quoi seraient-ils dangereux pour les randonneurs me diriez-vous ? Eh bien il s’avère que depuis quelques années, certaines plaintes sont déposées pour cause de morsures de ces chiens envers des randonneurs. 

Lorsqu’un danger guette le troupeau, le patou va chercher à identifier l’intrus. Si ce dernier à l’intention de s’approcher plus près du troupeau, le chien va utiliser une technique d’intimidation car il va associer l’intrus à un prédateur voulant attaquer le troupeau.

Dans un premier temps, la dissuasion se traduit par un aboiement envers l’intrus. Le patou cherchera à faire fuir le prédateur et en même temps à alerter l’éleveur.

Si l’intrus au contraire continu de se rapprocher, le chien se montrera plus agressif en passant à l’attaque. 

Comprenez bien que le patou ne vous attaquera jamais sans aucune raison. Il a été élevé pour protéger le troupeau, et ceci depuis des générations. Il est de votre devoir de faire en sorte de ne pas franchir la limite pour ne pas apparaitre comme une menace envers le troupeau. 

7/ Comment réagir face à un Patou ?

  • Surtout n’allez pas vers ce chien afin de lui faire des câlins où je ne sais quelles sortes de gratouilles. Si vous faites ceci vous allez apparaitre comme une menace.
  • Si vous avez des enfants, interdisaient les de caresser ce chien. 
  • Ne vous arrêtez pas pour l’admirer ou le prendre en photo. Ignorez-le s’il ne montre pas de signes agressifs. 
  • Lorsque vous voyez un patou, soit faire demi-tour, regarder s’il y a possibilité de faire un détour. 
  • Par ailleurs vous pouvez vous renseigner auprès des locaux pour savoir s’il y a présence de troupeaux avec un patou. 
  • Rester le plus possible sur les chemins. Les troupeaux sont généralement en plaine.
  • Qui dit troupeau ne veut pas dire patou. Beaucoup de troupeau ne sont pas gardés par un chien donc repérez dans un premier temps s’il y a présence de chiens. 
  • Lorsque vous vous éloignez du troupeau, si le chien vous suit de loin n’ayez pas peur. Il s’assure que vous vous éloignez du troupeau
  • Si vous avez un chien, tenez le impérativement en laisse ! 
  • Et enfin si vous êtes dans l’obligation de passer à proximité d’un troupeau gardé par un patou, prenez au maximum vos distances. N’allez surtout pas en direction du troupeau ayant pour but de passer dans le troupeau, vous n’allez pas être le bienvenu ! 

J’espère que cet article à pu vous éclairer sur ce qu’est un patou. Toute cette analyse et cette étude à pour but de vous faire agir en toute sécurité. La majorité des attaques sont dues à une mauvaise attitude des randonneurs face aux patous. 

Comprenez bien que ce chien a été utilisé depuis le Moyen-Âge en tant que chien servant à dissuader les prédateurs. Vous ne pensez tout de même pas effacer 16 siècles de gênes à ce chien ? 

Respectez-le ainsi que son troupeau, et vous éviterez toutes situations dangereuses. Dites-vous que le patou est là depuis beaucoup plus longtemps que nous, les randonneurs. C’est à nous de cohabiter avec ce chien. 

Il serait interessant de nous faire partager votre opinion sur ce sujet. Par ailleurs, n’hésitez pas à nous faire remonter votre expérience si vous avez déjà eu l’occasion de tomber nez à truffe avec un patou.

Sur ce mot de la fin, petit randonneur, prenez conscience que la randonnée réunit beaucoup de personnes. Mais que nous devons nous respecter, aussi bien les humains que nos amis les bêtes. 

Infos d’après Wikipédia

Facebook

Instagram

Articles Récents

TÉLÉCHARGER LE GUIDE

Recevez gratuitement le guide sur Maitriser le vocabulaire du Randonneur.

ARTICLES EN RAPPORT

13 Commentaires

  1. article plutôt bien documenté, il manque un paragraphe sur les autres races de chien utilisées pour garder les troupeaux comme les bergers d’Anatolie. Rester calme est la meilleure façon de se comporter face au patou, même si c’est plus facile a dire qu’a faire, surtout quand un patou vous charge et ne s’arrete qu’ a un mètre de vous, ce qui m’est arrivé cet été. bonnes randonnées

    • oui effectivement nous n’avons pas parlé des autres races (nous avons décidé de parler uniquement des Patous). Néanmoins vous nous donnez une idée pour un autre thème qui serait fort intéressant à aborder.
      Nous possédons un Beauceron qui est aussi un chien destiné à garder les troupeaux (mais un caractère tout à fait différent des Patous). Nous pouvons imaginer votre angoisse, voir un Patou vous charger c’est impressionnant, et gravé dans notre mémoire… mais merci beaucoup pour votre retour sur notre article et de nous avoir fait partager votre ressenti, à vous aussi bonne randonnée

  2. Bonne présentation du patou dans un monde idéal, vous oubliez de parler des patous dégénérés,mal ou pas éduqués que l’on peut aussi croiser de temps en temps et qui lâchent le troupeau pour vous poursuivre alors que vous étiez en train de gentiment contourner de loin le troupeau…et leurs propriétaires ne sont jamais inquiétés…

    • merci pour votre retour. Effectivement il y a des exceptions… c’est sur que la solution idéale n’existe pas. À travers cet article nous avions voulu mettre en avant les attitudes « de base » à voir. mais bon il y a toujours exception à la règle. néanmoins merci grandement pour votre retour

  3. Avant tout, éviter le troupeau autant que possible. Alerter le chien par sa présence pour ne pas le surprendre, ne pas le regarder dans les yeux, mettre un objet comme son sac à dos ou même un chapeau ou une casquette entre l’animal et soi même… Voilà quelques petite combines qu’il faut connaître aussi. 😉

    • Bonjour,
      Merci pour ces informations complémentaires. Effectivement, mieux vaut avoir plus d’un tour dans son sac si nous sommes confrontés à une situation dangereuse.
      Encore merci pour toutes ces astuces supplémentaires au sujet des Patou. Bonne randonnée à vous et soyez prudent.

  4. Hier nous avons vu en Maurienne, sur deux troupeaux différents, dans une situation deux patous nous rabattre vers deux « bergers » intérimaires qui nous ont dit ne pas avoir d’autorité sur les patous (« ils n’obeissent qu’à nos patrons ») puis plus tard dévorer une marmotte après avoir chassé une autre famille de randonneurs, puis quelques kilomètres plus loin trois patous prendre un mouton de leur troupeau pour le tuer et le manger.

  5. Merci pour votre article – les conseils de base sont bien là
    malheureusement une très faible proportion de ces chiens de protection sont régulièrement agressifs ce qui explique aussi le nombre d’attaques de randonneurs ou traileurs
    Pour faciliter le partage de la montagne entre les chiens qui y résident et les randonneurs/traileurs j’ai créé l’application gratuite collaborative WaffApp qui permet de repérer les gardiens les plus à risques et d’éviter le secteur ou adapter son parcours

  6. Cela devient complètement dingue !.
    Il y a 100 ans les gens avaient peur du loup.
    Maintenant, ils ont peur des patous ! (et à juste titre étant donné le nombre d’agression par ces chiens).
    Le discours est toujours le même, un discours moralisateur et accusateur :  » éloignez vous des troupeaux, blablabla etc. » Alors qu’il y a de nombreux cas avérés d’attaque de patous sur des randonneurs , sur des GR alors que les troupeaux sont à plusieurs centaines de mètres de distance !!!
    Donc, non, avoir cette fameuse bonne attitude n’est pas vraie dans de trop nombreux cas.

    Ces chiens sont clairement mal dressés.
    Il serait tout à fait possible de leur faire comprendre qu’il n’y a aucun risque d’attaque par un humain sur des troupeaux…

    Mon opinion est qu’une majorité des bergers sont écoeurés et frustrés des dégâts sur les troupeaux par des loups, qu’ils ont trouvé cette solution de Patous et que sans doute, ils prennent désormais un plaisir à « fo*tres un peu la me*de !! Comne une sorte de petite vengeance…!
    J’ai constaté de mes yeux ,un berger qui a laissé
    Son chien courir vers un randonneur et l’attaquer SANS , à un seul moment cherché à rappeler son chien (et évidemment encore moins a s’excuser un fois le randonneur mordu)

    Sauf , que cela finira par un drame…en espérant que cela ne touche pas des enfants lors d’une rando.

    Certains Patous mériteraient un bon coup d’opinel !

  7. on dit de contourner de 100 mètres un troupeau pour éviter les patous.
    erreur : pour être tranquille il faut s’en éloigner de 100 kilomètres c’est beaucoup plus simple.
    en plus là ou il y a des moutons les paysages sont nuls.
    et oui il reste encore beaucoup de régions intactes sans ces affreux troupeaux

  8. Perso, j’ai été attaqué par un patou. Je suis allé voir le berger dans sa cabane pour lui expliquer la situation. Il m’a envoyé chier……je lui ai pété sa gueule de con. On est quitte.

  9. Bonjour, randonnant (et parfois un peu plus) depuis mon tout jeune âge cad 50 ans minimum, je constate une dégradation des relations patous/berger et randonneurs. Je vois bien les panneaux mais tiens à rappeler que dans bcp d’endroit il n’est pas possible de sortir de ses sentiers pour différentes raisons : dangerosités ou simplement protection de l’environnement car il est vrai que des randonneurs coupent en descente et dégradent la flore. Que faire lorsqu’un berger laisse son troupeau en travers du sentier? Attendre ? Au bout de 10 mn désolé je traverse le troupeau et bien sûr cela ne plaît pas à ses chiens à qui il serait urgent d’apprendre que ce n’est pas l’homme l’ennemi! Pb éducatif ici. Le berger plus haut n’intervient pas évidemment, cela l’amuse plutôt. Solution, le Patou a peur de vos bâtons de marche! Ils se sont approchés mais jamais touchés. Après j’ai quand même une bonne morphologie et jamais trop les regarder dans les yeux ou les observer.
    Autre fois en Auvergne, panneau et barbelés nous faisant comprendre qu’il est interdit de sortir du sentier et là lors d’un élargissement un berger entraîne son jeune Patou avec un troupeau réduit. Impossible de ne pas traverser le troupeau. Je prends le risque en traversant le plus vite possible et avec mes bâtons ai fait comprendre que je ne me laisserai pas faire. Le patou dents relevés ne m’a pas touché non plus. Et en qq secondes ce troupeau était traversé. Il y a contradiction, on ne peut bien souvent contourner ces troupeaux. C’est au berger de veiller à éduquer différemment ce chien au demeurant pas très futé. D’ailleurs en redescendant, ses moutons remis dans un enclos j’ai entamé une discussion avec le Berger. Moi, c’est une chose mais un couple à été complètement apeuré et était dans tous ses états au sommet. Je lui ai dit mes arguments (panneau indiquant de rester sur le sentier sous peine d’amende, apprendre à vivre ensemble et dans une région pas si touristique cela permet aussi qq part de les faire vivre car j’aime les produits locaux, etc…). Bon berger bien bourru 1ere classe! Et à fait l’étonné, ah bon, le couple a eu peur? Pas vu… La cohabitation s’avère donc difficile…
    Effectivement, parfois le patou vous aboie dessus pendant 200 m en longeant la clôture en oubliant son troupeau.
    Je n’ai pas peur des chiens. Je préfère nettement un bon berger allemand ou beauceron face à moi en liberté, jamais il ne se passera quoi que ce soit. Au contraire souvent, il comprend que jamais je ne lui voudrais du mal, j’aime bcp ces chiens. Mais les patous définitivement non!
    Les bergers ne joue pas leur rôle et contrairement à votre article ce n’est pas une petite minorité! Je marche ente 3000 et 4000 km par an depuis longtemps et ai la soixantaine maintenant, des situations, j’en ai vu et connues moi-même. Passant assez souvent dans certains coins, des fermiers d’alpage sont devenus des amis jusqu’à parfois m’arrêter et passer 1/2 journée avec eux. Mais effectivement, ce sont des vachers qui ont aussi qq brebis. Mais pas de patous! Leurs chiens, ils en ont, cohabitent très bien avec les randonneurs eux!
    Je ne suis pas pour des réglementations en tous genre, il faudrait du bon sens, plus d’harmonie, de l’éducation et plus de respect mutuel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici