Éboulement au Mont Blanc : ces phénomènes interpelle les guides et les scientifiques

Un nouvel éboulement au Mont Blanc a eu lieu ce samedi 5 septembre, sur la voie normale des Drus, dans le Massif du Mont-Blanc. La répétition de ces phénomènes interpelle toujours autant les scientifiques et les guides.

La voie normale des Drus a été le théâtre d’un nouvel éboulement spectaculaire ce samedi 5 septembre. Un phénomène dû une fois de plus à la fonte du permafrost, cette glace qui cimente les parois. 

Les Drus peu après l'éboulement
Les Drus en 2011, peu après l’éboulement • © JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

« Le permafrost dont on parle de plus en plus a tendance à se dégrader, de plus en plus profondément. Donc il est presque normal finalement en fin de saison qu’on assiste à un certain nombre de phénomènes de ce type, explique Ludovic Ravanel, géomorphologue et chercheur au laboratoire Edytem. On peut même s’attendre à la fin de l’été/début d’automne, à une fréquence plus faible mais par contre des volumes plus importants que ce qu’on a eu aux Drus. »

Un sommet mythique profondément modifié en 2005

Bonatti, Desmaisons, Destivelle, Lafaille, etc. Tous les grands alpinistes ont forgé la légende des Drus. Un sommet mythique déjà profondément modifié en 2005 avec l’effondrement du pilier Bonatti dont la cicatrice reste visible des années après sur la face sud-ouest du Petit Dru.

un pan des Drus s'était déjà effondré
En 2005, un pan des Drus s’était déjà effondré.

Puis en 2011, 260.000 mètres cubes se détachent.

Depuis, guides et alpinistes se méfient et s’adaptent au réchauffement climatique. « Le glacier, pour aller à cette voie normale, n’est plus vraiment en condition, constate Olivier Gréber, président de la Compagnie des Guides de Chamonix. La saison a tendance à se décaler vers mai/juin plutôt que sur la deuxième partie du mois d’août« .

La multiplication des éboulements dans les Alpes est une conséquence directe des canicules à répétition. « On a eu ça en 2015, en 2017, en 2018, en 2019, explique Ludovic Ravanel. Cette année, l’épisode très chaud a été relativement court. Néanmoins, il participe à la dégradation globale de la montagne. » D’autres éboulements sont donc possibles, malgré l’arrivée imminente de l’automne. Car cet été encore, les parois du Massif ont emmagasiné beaucoup de chaleur. 

Sources : Frances3

Retrouvez toutes nos actualités Montagnes !!

Facebook

Instagram

Articles Récents

TÉLÉCHARGER LE GUIDE

Recevez gratuitement le guide sur Maitriser le vocabulaire du Randonneur.

S'abonner à notre Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle et recevez du contenu exclusif !

Garanti bonne humeur et zéro spam.

ARTICLES EN RAPPORT

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici